He who seeks freedom and fortune course the endless seas.
Dans un monde en ébullition, dirigé par l’avidité des nobles et secoué par les plus audacieux, quel sera votre rôle ? Milles trésors et mystères hantent ces mers, serez-vous capable d'en tirer l'avantage ? Prenez le large et voguez vers ces horizons inconnus !
Le règlementL'histoirePrésentationGestion des personnagesLes prédéfinisPartenariat
A savoir
# Ouverture du forum le 18/07/17
# 16/08/17: accueillons notre nouveau maitre du jeu.
Contexte
1717,Une odeur de poudre flâne sur les vagues. Quelques débris flottent, balancés par la houle indifférente aux massacres. Au loin des coups de canon, des cris et le frémissement métallique des épées résonnent :Les peuples du bassin Ouest-Atlantique se battent farouchement pour dominer les mers et imposer leurs lois, tandis que des pirates pillent sans scrupules le moindre navire susceptible de leur rapporter de quoi vivre. Avides de liberté, ambitieux ou désespérés, ces derniers poussent les limites du connu, bravant les dangers les plus sombres et chassant les trésors perdus...
Lire la suite...
Evénements
Ego vero sic intellego, Patres conscripti, nos hoc tempore in provinciis decernendis perpetuae pacis habere oportere rationem. Nam quis hoc non sentit omnia alia esse nobis vacua ab omni periculo atque etiam suspicione belli ?
Duplexque isdem diebus acciderat malum, quod et Theophilum insontem atrox interceperat casus, et Serenianus dignus exsecratione cunctorum, innoxius, modo non reclamante publico vigore, discessit.
Pirates and Freedom
Un combat pour la liberté

Partagez|

La Femme est l'avenir de l'Homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Nombre de messages : 23
Féminin Age : 19
Localisation : Castel de Blancherive
Métier/rang : Duchesse d'Aquitaine
Personnalité : Marta Dahlig
Date d'inscription : 13/08/2017

Feuille de personnage
Allégeance: France
Armes: Poison
Compétences:
avatar

Diane de Rochefort posa une main sur son cœur, tandis que son carosse doré brinquebalait dangereusement dans les ornières qui striaient cette maudite route de terre conduisant à la puissante Nouvelle Rome. Déjà que la traversée n'avait pas été de tout repos, "Le Cygne des Mers" essuyant une forte houle au niveau du Cap Gibraltar, voilà qu'elle se devait de se rendre dans la lointaine Italie à des fins purement mercantiles. Secouée, la Duchesse d'Aquitaine en venait même à regretter le chahut occasionné par les chemins pavés du Royaume de France, ainsi que la quiétude de sa fastueuse demeure de Blancherive. Les voyages n'étaient pas son fort, tant elle préférait se prélasser dans le luxe de ses appartements, plutôt que d'avoir à sillonner les routes d'un royaume étranger. Mais voilà, les affaires étant les affaires, son époux Romaric, le Duc de la Rochecourbon, avait flairé de bonnes affaires et l'odeur de l'Or dans l'établissement d'un nouveau transit commercial avec cette puissance émergente. Gouvernée de main de maître par celle que l'on surnommait la "Souveraine", Maria Ire Lingiardi, l'Italie offrait de belles opportunités financières.  

Les tensions avec l'Espagne avaient réduit le champ des possibilités, et il s'avérait impératif pour les armateurs français spécialisés dans la traite négrière de se tourner vers d'autres horizons plus lucratifs. La concurrence entre les deux pays rendue impitoyable du fait de la guerre, le Royaume de France opta alors pour l'Italie avec qui elle entretenaient une solide alliance. En effet, de nombreux nobles et marchands français sillonnaient les artères principales de la ville romaine comme si celles-ci étaient devenues leur second foyer. Au nom du Roi de France, le Duc d'Aquitaine était l'un d'eux, et il avait mandé une audience auprès de la souveraine d'Italie afin d'établir un pacte de transit commercial. Juteuse opération que celle-ci, qui allait sans doute rapporter des sommes pharaoniques aux deux partis en présence. Mais encore fallait-il obtenir gain de cause auprès de la Reine d'Italie, ce qui n'était pas une mince affaire à la vue du tempérament si peu conciliant du Duc.

Si contrairement à sa femme, il avait la réputation d'un époux fidèle et dévoué ; Romaric de la Rochecourbon, brillait également pour sa misogynie et une vision des plus archaïques sur l'égalité des sexes. Un brin sénile du fait de son âge avancé, il répudiait tous ces royaumes qui osaient laisser la gouvernance à des femmes, sans craindre d'en subir un jour les tristes conséquences. Soucieuse des profits personnels que pourraient éventuellement engendrer un traité commercial avec la Reine d'Italie, Diane de Rochefort avait désobéit de son propre chef à son époux, de manière à rejoindre en toute hâte la Nouvelle Rome. En plus de son éloquence naturelle, elle pensait pouvoir jouir d'une forme de solidarité naturelle entre femmes de pouvoir dans un Monde solidement gangréné par l'esprit masculin. En cela, elle disposait d'un solide avantage sur son mari, ce qui l'avait poussé à rejoindre l'Italie par la mer, alors que le Duc franchissait la frontière par la route.

Le sillage du Cygne des Mers avait souffert du mauvais temps, et accusa un certain retard que Diane de Rochefort avait allègrement trompé dans les bras de l'un de ses jeunes amants, le capitaine Renaud de Noirsac. Mais désormais son flamboyant carrosse doré franchissait les murs imposants de la cité italienne, pour se rendre au pied du Palais de la Souveraine. Dans une arrivée digne d'une princesse de conte de fée, les servantes qui accompagnaient l'expédition ne tardèrent pas à s'activer afin de subvenir au confort de leur tyrannique Duchesse. Spectacle qui attira une foule de badauds, alors qu'un tapis de soie écarlate fut déplié pour éviter à la diva noble de ternir ses chausses de luxe dans la poussière de la ville, et qu'une servante lui tenait une ombrelle pour protéger sa peau d'une blancheur immaculée des rayons du soleil. La Robe d'une élégance insoupçonnée de Diane de Rochefort souleva l'admiration des femmes, tandis que la mâchoire des hommes se décrochait d'extase à la vue de son somptueux corsage.  

Même si l'égo narcissique de Diane de Rochefort adorait cette douce sensation de se sentir frôler par les regards admiratifs, elle ne perdit guère de temps pour pénétrer dans l'imposant édifice de la Reine d'Italie. A son passage et prévenue de sa visite, les gardes soulevèrent leurs hallebardes et n'arrivèrent point à retenir un soupir d'extase, alors que l'effluve parfumé de la Duchesse enivraient leurs narines. Mais le visage magnifiquement poudré de Diane de Rochefort se ternit d'une vive déception, à la vue de Romaric qui sortait tout juste de la salle d’audience royale. Malheureusement, elle n'avait point réussi à devancer la bêtise impulsive de son époux, et une fructueuse alliance commerciale risquait de tomber à l'eau si elle n'agissait pas rapidement.  Pouvait-elle encore sauver les apparences ? La Duchesse conserva un calme olympien tandis que son époux venait à sa rencontre pour étaler toute l'étendue de sa rancœur pathétique.

"Diane!? Pourquoi diable êtes-vous venue, ici? Vous autres stupides femelles, vous semblez prendre un malin plaisir à contredire mes volontés! " dit-il dans un accès de rage furibonde.

Plutôt que de répondre à l'affront, et souffler sur les braises ardentes de sa colère ; Diane chercha à comprendre l'intensité du préjudice plutôt que d'avoir à s'expliquer inutilement sur les circonstances de sa venue.

"J'imagine que l'entrevue avec la Reine ne s'est point déroulée comme vous l'espériez? s'enquit-elle.

Romaric serra le poing avant de cracher son mépris à l'égard de la très respectée souveraine. Nul doute qu'il venait de subir une humiliation en règle, et qu'il cherchait à venger son égo meurtri.  

"Vous voyez : Comme toutes les femmes, il ne s'agit que d'une fichue tête de mule, sans une once de jugeote! Elle a beau être couronnée, elle est bien trop aveuglée par l'exercice du pouvoir et incapable de saisir les opportunités lorsque celles-ci se présentent à elle! "

Les lèvres de Duchesse se crispèrent alors qu'elle décelait au combien l'audience avec la souveraine avait dû se révéler houleuse et néfaste pour ses affaires. Par son manque de sang-froid, son imbécile de Duc venait peut-être de la priver d'une montagne d'Or, et il n'y avait pire tourment que celui-ci ! Romaric ne possédait pas une once de patience, ce qui faisait de lui un calamiteux stratège, et un réel boulet que la Duchesse devait bien trop souvent se trainer au pied. Romaric tremblait encore de rage, signe de la tension engendrée par son entretien avec Maria Iere Lingiardi. Inutile de lui demander de réparer le préjudice occasionné, il ne ferait que l'aggraver encore davantage. L'esprit calculateur de la Duchesse tournait à plein régime alors qu'elle cherchait la meilleure solution. Avait-il commit l'irréparable et insulté la Souveraine d’Italie ? Nul doute que si la reine avait ressenti son aversion pour les femmes, elle s'était autorisée à mettre un terme à l'entrevue en humiliant publiquement son macho de Duc dans sa virilité la plus stupide.  

Plutôt que d'abandonner ce marché providentiel à la concurrence espagnole, Diane de Rochefort choisit de passer à l'action et d'intervenir auprès de la Reine d'Italie. Aussi médiatrice que calculatrice, elle pensait être en mesure de pouvoir faire infléchir le jugement de la Souveraine en sa faveur.

"Tous n'est pas perdu. Je vais mander une audience auprès de la Reine, et tenter de sauver ce qui peut encore l'être... "

Romaric de la Rochecourbon finit par s’esclaffer avant de tourner les talons avec mépris. D'un signe de la main, il laissa le champ libre à son épouse.

"Faites comme bon il vous semblera! Je vous laisse parler belles lingeries entre stupides donzelles, pendant que je vais m’atteler à faire fructifier mon commerce auprès de hyène moins irascible! "  

Diane de Rochefort poussa un long soupir de soulagement, en voyant son époux et sa stupidité disparaitre loin du cercle des négociations. Désormais, c'était à elle de gérer la situation, ce qu'elle s'empressa de faire en s'adressant aux gardes qui veillaient méticuleusement à l'entrée de la salle d’audience.

"Dites à votre vénérable souveraine que Diane de Rochefort, Duchesse d'Aquitaine souhaite s'entretenir avec sa gracieuse personne, et qu'elle sache également que je tiens à implorer son pardon pour les écarts de conduite de mon époux. "

Afin de répondre à la requête de la Duchesse, l'un des gardes finit par disparaitre dans l'embrasure de la porte qui conduisait à la salle d’audience. Des secondes qui parurent des heures s'en suivirent, avant que l'homme ne finisse par réapparaitre.  

"Notre souveraine monarque souhaite s'entretenir avec vous. "

D'une démarche altière, Diane de Rochefort franchit alors le seuil qui la conduisait auprès de la majestueuse reine d'Italie. Bien qu'elle éprouvait une certaine forme de jalousie pour la couronne qui ornait le front de cette femme à la beauté toute méridionale ; Diane de Rochefort était bien décidée à louvoyer et faire bonne figure auprès de celle que le peuple surnommait "La Souveraine". Des murmures empreint d'admiration balayèrent les rangs des conseillers de la Reine d'Italie, alors que la sublime Duchesse se présentait face à la non moins ravissante Maria Iere Lingiardi. Experte dans l'art de faire les révérences, Diane ploya avec grâce le genou, avant de s'adresser à la souveraine.

"Votre gracieuse majesté. Merci de bien vouloir m'accorder de votre temps précieux... "

Dissimulant toute l'étendue de sa jalousie derrière un sourire empreint de délicatesse ; Diane de Rochefort s’apprêtait à discourir avec celle qui incarnait ce qu'elle avait toujours rêvé de devenir : Une Reine!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Femme est l'avenir de l'Homme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» la première chose que je regarde chez un homme, c'est sa femme. ? STILLS
» si tout homme ment, toute femme ment, mais beaucoup mieux [Cain N. Scott]
» La femme à l'armure et l'homme aux épées
» La femme est la poésie, l'homme la prose ? Melissande
» lexa & curtis « nothing left but the memories [FLASHBACK]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pirates and Freedom :: Les lieux des RP :: Autres terres :: La Nouvelle Rome-