He who seeks freedom and fortune course the endless seas.
Dans un monde en ébullition, dirigé par l’avidité des nobles et secoué par les plus audacieux, quel sera votre rôle ? Milles trésors et mystères hantent ces mers, serez-vous capable d'en tirer l'avantage ? Prenez le large et voguez vers ces horizons inconnus !
Le règlementL'histoirePrésentationGestion des personnagesLes prédéfinisPartenariat
A savoir
# Ouverture du forum le 18/07/17
# 16/08/17: accueillons notre nouveau maitre du jeu.
# 20/09/17: Quête - Exhibition à la Française.
# 29/10/17: Jeu, la petite chasse au trésor.
Contexte
1717,Une odeur de poudre flâne sur les vagues. Quelques débris flottent, balancés par la houle indifférente aux massacres. Au loin des coups de canon, des cris et le frémissement métallique des épées résonnent :Les peuples du bassin Ouest-Atlantique se battent farouchement pour dominer les mers et imposer leurs lois, tandis que des pirates pillent sans scrupules le moindre navire susceptible de leur rapporter de quoi vivre. Avides de liberté, ambitieux ou désespérés, ces derniers poussent les limites du connu, bravant les dangers les plus sombres et chassant les trésors perdus...
Lire la suite...
Evénements
Exhibition à la Française
Les prémices de grands débordements. Acte Premier - Introduction
Le vent battait sauvagement les voiles en ce chaud début d’Avril. La ville de Nantes était en effervescence depuis plusieurs jours, l’on avait rarement vu autant de traducteurs dans cette belle ville portuaire française. Il se murmurait que le roi de France et la reine d’Angleterre elle-même s’étaient intéressés à l’événement. Et quel événement ! L’inauguration d’un navire unique en son genre.L’Aphrodite entrait dans les eaux froides de l’océan Atlantique et pour l’occasion son propriétaire organisait un immense banquet ou tout le monde était invité à condition d'avoir un nom important. Pour les nobles cela n’était aucunement un problème, pour les jeunes bourgeois, travailleurs aisés ou petits seigneurs, c’était une autre histoire. Certains civils s’étaient vu offertl’accès au bal pour leurs divers compétences, ils étaient dispensé du droit d’entré en échange de servir contre rémunération. Il n’y avait nul doute qu’il y aurait quelques invités indésirables, pour ces derniers, corsaires, marines et mercenaires s’affichaient fièrement sur le port de Nantes et l’Aphrodite.
Lire la suite...
Pirates and Freedom
Un combat pour la liberté

Partagez|

Le "Rossignol", Alyson Richards

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Nombre de messages : 2
Féminin Age : 20
Métier/rang : Pirate/Mousse
Personnalité : Freedom!
Date d'inscription : 14/10/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Barbe Noire
Armes: Une dague, son agilité
Compétences:
avatar

 
Come out and play


 
Alyson Richards (mais se fait appeler Antony Bucket) ▬ Nightingale (le Rossignol) ▬ Pirate/ Mousse dans l'équipage du Capitaine Skinner, attitrée de façon temporaire à l'équipage de Barbe Noire ▬ Comtesse disparue en mer ▬   (avatar en cours de recherches) Joanna Ryder du roman de Sharandula si c'est possible ▬ 18 ans


 
I live   Caractère & Physique
  Sortez le rhum compagnons, les pirates ont soif !
 

 
Il n'était pas rare de voir le Capitaine Skinner s'isoler dans sa cabine à l'heure du repas. Il n'a jamais été réputé pour être d'un appétit d'ogre! Cependant, le voir s'enfermer dans son espace de détente et ouvrir un encrier, tout à fait. Il faut dire que ce cruel pirate était un aristocrate de la Marine anglaise avant de changer de vie pour une plus tumultueuse et excitante. Hélas, il avait beau faire des efforts pour couper les ponts avec son ancienne destinée, il gardait toujours des habitudes de bourgeois, surtout au niveau des rapports. Des parchemins de compte et sur l'équipage... Son cabinet en était rempli! Oh, ce n'était pas une question de mémoire courte, il faisait cela avant tout pour observer l'évolution de ses hommes. Et ce soir, c'était au tour de la plus grande énigme de toute sa vie: une mousse qui se faisait passer pour un homme!

Ah ça, il avait été bien surpris de le découvrir! Mais les preuves ne mentaient pas, et ses mains étaient suffisamment expertes pour reconnaitre la poitrine d'un jeunot de celle d'une damoiselle. Il n'en avait pas parlé, ni même conversé avec la concernée, trouvant bien plus amusant de la laisser croire que personne n'avait découvert son terrible secret, il ne voulait pas non plus se retrouver avec un moment gênant et fort ennuyeux à gérer. Il était temps de relater ce qu'il avait appris de cet électron libre à présent, 10 années étaient passées et il était certain d'en connaitre assez sur elle pour faire un rapport. Hélas, le temps défilait, les matelots étaient partis se coucher et sa feuille était encore blanche d'encre! Il ne savait point par où commencer, bien trop de pensées se bousculaient dans sa tête. De la pointe de sa plume, il se gratta la tempe droite avant de finalement hausser des épaules.

"-Bah, autant commencer par le début!", dit-il avant d'entamer son récit.

"Antony Bucket est un bon élément dans l'équipage, pas très bavard mais fort agréable et motivé dans son travail, le seul défaut que je peux lui donner est sa curiosité... et sa manie de s'isoler en hauteur, à croire que Nightingale est vraiment un piaf..."

Skinner était satisfait de lui, bien que ce ne soit le début, en effet, ce passage n'était... que ce que le Rossignol voulait montrer! Là était l'énigme sur cette étrange personne.

"J'ai découvert à ma grande surprise que le jouvenceau était une jouvencelle, une jeune fille dont les origines sont nobles d'après mes contacts. Tony serait en réalité Alyson Richards, une fille de Comte anglais. Maintenant que j'y pense, il est vrai qu'elle a une tête d'anglaise, enfin, plutôt d'enfant anglais, bien qu'elle soit adulte maintenant, elle reste une gringalette au petit minois innocent -Mais pour combien de temps? Bah, pour peu que les autres ne la matent pas de trop près... ni quand elle se change. Ce ne sont pas ses tâches de rousseur et ses boucles qui vont la trahir!"

"Ni ses seins inexistants, ahah!", pensait le Capitaine.

Il faudrait mettre la main ailleurs pour découvrir son genre, mais quel intérêt aurait un matelot à le faire? Vraiment, cette petite l'impressionnait! Elle faisait tout comme les hommes, voir mieux qu'eux, et sa voix fluette ressemblait assez à celle d'un gamin pour que personne ne tique. Soulager sa vessie debout, cacher ses humeurs de femelles, mentir comme une sorcière, rendre les coups -bon, pas trop en fait, le mousse finissait rapidement contre la rembarre du bateau quand il essayait...- et une excellent vue pour repérer les proies depuis le Nid de pie, ainsi qu'une bonne volonté pour apprendre à tenir un navire. Il ne craignait même plus de la voir tenir la barre, c'est dire! Lui qui avait horreur qu'un autre que son second prenne le gouvernail... Mas pourquoi?

"Oui, pourquoi nous a t-elle suivi? Est-ce par vengeance? En 10 ans, elle aurait eu le temps de me pourfendre de sa lame, je lui ai suffisamment laissé des occasions pour le faire. Ou alors est-ce pour fuir son ancienne vie? Plutot étonnant puisqu'elle semblait avoir une belle vie, et elle n'avait que 8 ans quand je l'ai enrolé... J'ai beau réfléchir, je ne vois pas quelle raison a pu la pousser à accepter une vie de pirate à la mort."

"Peut-être qu'elle était au courant des desseins de son père à son sujet..."

C'est à dire que dalle. La petite n'était pas la gosse de la Comtesse Richards, il l'avait appris grâce aux catins qu'il avait grassement payé pour en savoir davantage sur cette famille soi-disant sans histoire, mais c'était plus pour être sûr qu'autre chose! Il le savait bien que la petiote n'était pas une pure anglaise à cause de ses yeux. Fort expressif à la couleur bleu clair nuancée de violet, cela l'avait fort surpris, sachant que le comte et sa femme avaient des yeux bruns. Friand des gourgandines des îles, il reconnaissait là l'ethnie des femmes de la Martinique, mais aussi de la Réunion et des Caraïbes, bref, la mère de l'enfant n'était pas anglaise. Peut-être une sorcière?
Sa peau blanche n'avait aucune trace de métissage, et il avait déjà vu des femmes françaises pratiquer le vaudou par "curiosité"...

"M'est avis que c'est surtout pour se taper des indigènes tout ça! Mais bon sang, une française? Et pourquoi pas une espagnole tant qu'on y est!"

Peut-être était-ce pour ça qu'il se montrait si cruel avec elle. Bien qu'être mousse dans un équipage ne soit pas le meilleur rôle de base. Nightingale en bavait physiquement et mentalement en tant que "défouloir" de l'équipage qui lachait toute la pression qu'il emmagasinait dans la journée. Et quand il n'y avait pas de vent, alors le fouet claquait jusqu'à ce que le vent réponde à ses cris déchirants.

"Non, c'est bien plus malsain que ça... faut dire qu'elle l'a cherché aussi!"

"Bien qu'elle ait maintenant 18 ans, je ne peux me résoudre à en faire une vraie matelot, et si elle venait à changer d'équipage, je conseillerais au capitaine d'en faire autant. Le sort que lui a jeté cette sorcière en fait un riche élément, mais en tant que mousse seulement. C'est bien triste pour une personne ayant un tel potentiel! Elle sait se battre, mais surtout se cacher sans presque aucune difficulté sur un navire, quand elle est en hauteur, il est quasi impossible de la faire descendre de sa corde, c'est dire! Mais son scepticisme au sujet de nos légendes et nos mythes lui a fait chèrement payé son insulte envers la sorcière que nous avions visité il y a quelques années... Les paroles de cette dernière continuent de tourner dans ma caboche, et je n'ai compris leur sens que bien plus tard:

"De ta douleur, tes compagnies gagneront chance et bonheur, de ton ignorance, tu apporteras mille et un dangers sur ton équipage, et de ta curiosité, tu amèneras ta perte!"

Énigmatique, comme toujours, mais si évident à comprendre! Nous avons pu palier son manque cruel de connaissances sur le monde aquatique, de mon point de vue, elle est même apte à devenir Capitaine sur le chant, mais pour le reste... Bien des rumeurs circulent parmi mes hommes, certains pensent que c'est une sorcière, car chaque fois qu'on la blesse, le vent lui répond et nous offre une chance de cocu. Moi je sais pourquoi de tels phénomènes arrivent,
mais qui voudrait d'une mousse maudite dans leurs rangs? Bien entendu, mon second, futé comme il est, a compris la chose depuis que cette imbécile a réussi à se faire envoûter par une de ces diablesses de sirènes! Une femme attirée par une sirène... Si j'avais su que c'était possible! Et que dire de tout les autres phénomènes dont nous avons été témoin? Plus le temps passe, et plus je sens que le doute se dissipe, il est plus que temps pour Nightingale de changer de bord, pour une courte durée bien sûr, c'est MA mousse.
"

On pourrait même dire sa fille à force. Maintenant qu'il y réfléchissait, il y tenait à cette petite, il avait appris à la connaitre, à la supporter et de tout ses matelots, elle était celui sur qui il portait le plus d'attention, appréciant la voir faire le pitre sur les cordages, amuser la galerie et nettoyer le pont, ce qu'elle faisait avec beaucoup de volonté. Il arrivait même parfois qu'elle demande du regard à ce qu'on la fouette lors des grands plats, consciente de son utilité lors de ce genre de moments.

"A croire qu'elle aime ça... Faut dire qu'elle ne s'est jamais rebellée quand les punitions sans motifs valables hormis celui de divertir les autres lui tombaient dessus. Ou alors elle l'accepte car cela la renforce? Plus j'y pense et plus je me dis que de toutes ses mésaventures, elle acquiert plus de force de caractère. Maintenant je sais pourquoi elle a accepté de nous suivre: pour survivre."

Oui, survivre, voilà pourquoi elle était là, elle, fille de rien, d'un comte à présent refroidi et d'une catin ou quoi que ce soit d'autre inconnue. Elle ne vivait pas, elle survivait! Voilà pourquoi elle avait toutes les chances de devenir une brillante capitaine. Elle apprenait des autres, n'agissait pas comme les autres et son point de vue évoluait sans cesse, hormis pour les légendes, mais surtout, elle restait insaisissable. Skinner l'avait bien compris en lui apprenant tout ce qu'il savait,
que ce soit en arts comme en navigation et combat, c'était une sardine qui refusait de se faire pêcher.

"En 10 ans, je ne sais toujours pas ce qui la motive à nous suivre, ni pourquoi elle reste avec nous alors que sur terre, elle pourrait avoir accès à la fortune de sa famille et devenir une comtesse redoutable et redoutée..."

Non, il savait pourquoi elle ne le ferait pas, elle était encore moins digne d'être mariée que d'autres filles de rien. En acceptant de les suivre, elle avait accepté qu'on ravage sa peau si douce et pale au fouet, de la voir s'abimer suite aux combats, que sa musculature se développe pour rivaliser avec celle des hommes. Elle avait accepté qu'on tache son épiderme d'encre noire,
arborant deux tatouages sur son bras gauche, une sirène, sur l'avant-bras, et un bateau fantome avec les mots "Hollandais volant" inscrits sous le dessin, en dessous de l'épaule. Elle avait appris nos traditions et nos coutumes, appréciait le rhum, les trésors et les femmes -à moins qu'elle jouait la comédie sur ce point?- au point de porter des anneaux en or aux oreilles et une cordelette à laquelle sont attachés un rubis et une émeraude, porte-bonheur de pirate.

Jamais elle ne pourrait redevenir une aristocrate, qu'importe ses connaissances en français et son gout prononcé pour les friandises et autres gourmandises bourgeoises, elle était une pirate jusqu'au bout des ongles à présent.

"Une tête-brulée n'empêche!", se dit le capitaine avant de refermer son encrier et de ranger son parchemin, repensant à tout les exploits de la petiote. La porte de sa cabine s'ouvrit d'un coup, laissant entrer son quartier-maître, essouflé.

"-Capitaine! Nightingale et Addams sont en train de se battre sur le pont!
-Tsss, une vraie tête-brûlée... J'arrive! Et si Addams tombe à l'eau, lancer lui une corde, je suis pas d'humeur à avoir un autre noyé cette semaine!"




 
Before   Histoire
  La tête dans les étoiles ...

 
Mon histoire a commencé il y a 10 ans de cela, en 1707, je n'avais alors que 8 ans, fille d'un corsaire comte anglais et d'une comtesse anglaise, j'avais alors un frère, Antony Richards, qui était alors mon ainé de 6 ans, une véritable poule mouillé par contre. Ma vie a essentiellement été sur les océans, éduquée de près par un précepteur, les curés étant peu enviés sur les navires, c'était donc à lui de m'enseigner la religion et tout ce que devait faire une lady. Ainsi, j'avais appris qu'une fille se devait d'avoir les cheveux longs et soignés, porter des robes et toujours être courtoise et obéissante. Ce qui n'était clairement pas mon genre! Je n'ai jamais eu l'envie de coudre des broderies ni de me taire, pour ça, je tenais de mon père dont l'enseignement était bien plus instructif. C'est grâce à lui que j'ai appris à nager et à reconnaitre les divers noeuds marins, quand mon précepteur me cherchait, je me réfugiais toujours dans le Nid de pie, à peine gênée par la hauteur et le vent, au contraire. Etre là, au-dessus de tous, me donnait une impression de pouvoir absolu sur les flots, qu'importe le temps!

Mais un jour, une nuit plutôt, cette vie tranquille entrecoupée d'abordages réussies et d'extermination de pirates, nous cachés dans la cabine du capitaine, tout dérapa. Un abordage silencieux comme les appelait mon père, d'abord, un ennemi s'infiltre et va mettre au silence le garde de nuit, à ce moment-là, le bateau qui passe à proximité arbore un drapeau blanc, cachant sa nationalité mais montrant qu'il n'est pas là pour le combat, juste de passage, comme les bateaux marchands. Une fois cela fait, le bateau porte alors ses couleurs et l'attaque se fait brutale, soudaine, les hommes confus et à peine préparés à cela durant les premières secondes. Aucun canons ne tonnent, ce qui veut dire que l'équipage adverse veut le bateau en bon état, mais pas de survivants. Père en était conscient, aussi m'avait-il demandé à ce que je me cache avec mon frère et ma mère, au final, nous avons été séparé et c'est avec Antony que je me suis cachée dans les réserves, nue. J'étais peut-être jeune, mais pas stupide! Je savais qu'une robe me gênerait, ayant fait l'expérience mainte fois sur le pont, et au vu des effets dans la cabine, les pirates sauraient bien vite qu'il y avait des femmes sur le navire, un tel vêtement aurait été peu discret. Isolés de tout, cachés derrière les tonneaux et les morceaux de viandes, mon frère tremblant d'insécurité et moi de froid, on se lançait des regards inquiets, incapables de savoir quoi faire... Jusqu'à ce que deux gredins entre dans la réserve, leurs vêtements empestant la poudre et le sang. Ils riaient, parlant de leurs exploits de la nuit, tout en regardant un peu ce que le cuistot avait laissé avant de se faire étriper sur le pont. Sans le vouloir, nous apprîmes avec une certaine amertume mêlée d'horreur que notre mère et notre père avait été occis, démembrés et jetés aux requins, après avoir vécus bien d'autres atrocités. On compris alors que cela faisait plusieurs heures qu'on était caché là, plusieurs heures que l'équipage cherchait la deuxième femme du bord, c'est à dire moi.

Si je n'avais pas mon frère à protéger à ce moment-là, je pense que je n'aurais pas bougé de la réserve et que je me serais fait prendre rapidement, mais ce n'était pas le cas, c'est donc avec un but à atteindre que j'utilisais toutes les cachettes inattendues et passages secrets du navire pour nous cacher aux yeux de tous, chapardant de temps en temps de la nourriture. Finalement, j'ai pris les vêtements de mon frère dans la cabine du capitaine pendant qu'il était sur le pont pour me vêtir, ce que n'aurait pas apprécié mon précepteur, d'ailleurs, où était-il? Avec un couteau, je m'étais coupée les cheveux assez courts pour me faire passer pour un homme, et mis un bandeau pour définitivement tromper les gens. Antony n'avait rien dit, lui aussi conscient que notre survie ne tenait à presque rien, et que notre éducation ne servait alors à rien, tout n'était qu'improvisation à présent! Puis vint le moment de fuir pour nous. Il faisait nuit, lumières éteintes et l'équipage profondément endormi, le garde de nuit arpentait le pont mais mon frère, plus grand et fort que moi, avait réussi à l'assommer avec un aviron -en fait, il l'avait tué sans le vouloir, mais il ne l'avait pas remarqué. Nous nous sommes ensuite précipités vers une des barques du navire, pieds nus pour ne pas se faire entendre, il y avait assez de places pour deux enfants, mais l'un d'entre nous devait rester pour la faire descendre. J'ai convaincu mon frère de s'installer dans l'allège pendant que je le descendais, puis de partir sans attendre afin d'avertir les autorités. Pourquoi? Je ne sais pas, je ne devais plus avoir toute ma raison à ce moment-là! Ma tête bourdonnais, la soif sans doute, et puis j'étais terrifiée, plus que je ne le faisais croire à mon frère. Une fois Antony loin, je m'étais assise contre la rembarre, me demandant pour la première fois depuis l'abordage ce que je devais faire. Instant de panique sourde qui disparut bien vite en voyant le précepteur accroché au mât, à moitié brulé par le soleil et gémissant faiblement. Si je m'arrêtais maintenant, je finirais comme lui, voir pire! Je me suis donc occupée du garde de nuit, le lestant avec une corde afin que sa chute dans l'eau ne soit pas entendue, puis j'ai grimpé dans le Nid de pie, seul endroit où je me sentais en sécurité et où je pouvais dormir quelques heures sans craindre qu'on me repère avant de commencer vraiment à réfléchir...

"-Hé les gars! V'nez voir ce que j'ai trouvé dans le Nid de pie!"

Maudit soit le sommeil! J'avais dormi plus que je ne le pensais et un pirate avait grimpé jusqu'à ma cachette. La peur a instantanément animé mon geste malgré mon regard encore embué et éperdu, le couteau du pirate que j'avais fait passé par dessus bord en main, mon geste fut purement primitif et facile à contrer. Le matelot ne devait probablement pas s'attendre à cela de ma part cependant, le fer entamant méchamment la chair de sa joue lui ayant fait perdre prise sur le bord, il chuta sans aucun moyen de se rattraper, son cri finissant par me sortir complètement de ma torpeur. Je me suis alors précipitée vers l'endroit où était le pirate, regardant avec effroi ce dernier étalé sur le pont, le crane fracassé. "Merde, merde, merde!", voilà la seule pensée cohérente j'avais. Bon sang, mais qu'est-ce qui m'avait pris?! Très vite, un cercle se formait autour du corps, Capitaine au premier-plan à en croire son chapeau, et je n'avais aucun échappatoire. Alors leur attention se porta sur moi, ne voyant qu'un jeune garçon complètement paumé qui hésitait franchement entre laissé tomber l'arme du crime et se jeter à l'eau. Finalement, j'ai préféré grimper, montant sur la voile du haut et atteindre le bout du mât, encouragée vivement par les pirates, ou plutôt moquée grassement par ces derniers.

"-Où grimpes tu comme ça, petit? Viens, n'aies pas peur!
-Du nerf, gamin!
-20 pièces qu'il se plante sur le mât!"

C'était un moment étrange et terrifiant, j'avais tout de même tué un des leurs, non? Je n'avais cependant aucune envie de descendre, encore moins de me trouver en leur compagnie, je préférais encore largement me jeter à l'eau! Agile et légère, je me suspendais aux cordages, me déplaçant avec la grâce d'un macaque jusqu'à l'arrière du pont où je manquais de peu de réussir mon objectif quand l'un des pirates trancha net la corde à laquelle j'étais accrochée, me faisant lourdement tombée sur le sol en bois, bien vite entourée des matelots qui ne voulaient qu'une chose: me jeter par dessus bord. Au final, le capitaine m'a laissé le choix: vivre parmi eux en pirate, ou mourir. La réponse fusa bien vite, bien que je n'avais que 8 ans, la vie reste précieuse, même si elle est horrible...

Me faire passer pour un homme fut... compliqué au cours des années, il m'avait fallu observer de près le comportement de ces matelots sans foi ni lois, ou presque, car le capitaine et le reste de l'équipage m'avait appris bien des choses, comme leurs lois. J'appris aussi à mes dépens qu'être mousse n'était pas un rôle enviable, en une année, j'avais reçu plus de bleus en présence des pirates qu'en 8 ans! Il y avait aussi les coups de fouets en cas de grands plats et les punitions injustifiées que le capitaine semblait aimer me donner, pour la plus grande joie des matelots qui ne voyaient pas en moi un des leurs, comme avec tout les mousses. Pourtant, il y avait quelque chose entre le capitaine Skinner et moi, je ne saurais dire quoi exactement, je n'avais que 10 ans quand je m'en suis rendue compte, ce n'était donc pas une attirance entre adulte, je n'étais même pas une adolescente, et puis, je n'étais qu'un garçon pour lui! J'apprenais bien plus à ses cotés qu'avec la quartier-maître cependant, découvrant la navigation et la cartographie mais aussi comment se servir d'une dague. Vu ma taille, j'avais plus de chances de me couper une jambe que de toucher mon adversaire avec un sabre, qu'il disait...

Il n'y avait qu'avec Addams que l'entente était au point mort. Avec les autres au moins, je pouvais manger, parler et même jouer aux cartes, mais avec le second, c'était comme lancer un hameçon sans appat dans l'eau, l'effort était bien beau, mais le gain ne viendra jamais! On le disait ancien cuistot sur un navire marchand qui était boucher sur la terre ferme, mais du genre Boucher avec un grand B, qui coupait n'importe quelle viande, vraiment. Pas le genre de type à cotoyer quoi... Je me demande quand même comment un capitaine aussi manipulateur et un second aussi sadique peuvent se supporter sans que l'un des deux passent par dessus bord! Non parce que pour découper des gens en morceaux, il faut être dérangé non? Dans tout les cas, on ne s'entendait pas, et c'était l'une des principales raisons de mon isolement dans le Nid de pie ou sur les mâts, testant les cordages et les noeuds, quoi que cela ne dérangeait personne, au contraire, ils aimaient bien me voir faire le pitre et le funambule, hormis Addams, évidement.

Notre relation changea cependant lors de mon premier abordage silencieux, mon "baptême du feu" en quelque sorte. J'avais bien entendu déjà assister à des abordages, mais en tant qu'assistant canonnier seulement, on ne m'avait pas permis de rejoindre les autres sur le pont. Et cette fois-ci, c'était moi qui allait entrer en action en première. Comme pour les autres bateaux, dont celui de mon père, celui-ci sera vendu, sans doute à un riche capitaine, ou alors à un des amis de Skinner, mais pour cela, il fallait d'abord l'aborder. D'ordinaire, c'était Addams, l'un des rares pirates à savoir nager dans l'équipage, assez en tout cas pour atteindre un bateau sans couler à pique à la première vague! Pourtant, il avait pris grand soin à convaincre le capitaine de changer pour une fois, je n'avais alors que 13 ans.

5 ans de passé à leurs cotés, 5 ans à apprendre d'eux, à commencer à apprécier leur mode de vie, à aimer boire le rhum infect des aubergistes à la panse grasse et à l'hygiène douteuse. Ah, que dirait la famille en me voyant à présent? Je n'ose imaginer... ni même y penser.

Néanmoins, je me sentais prête à réussir, ma vie en dépendait, je n'avais pas le droit de protester et encore moins refuser, ce ne serait pas le fouet ou la cale que j'aurais droit... J'ai donc attendu la nuit avant de plonger, rejoignant le bateau ennemi, trempée et gelée.







 
Mon pseudo est Blue ou Kyra, j'ai 19 patates et je suis disponible quand mon emploi du temps le veut. J'aime mon capitaine Barbe Noire /PAN/ et j'apprécie moins Poséidon *évite un parpaing*. J'aimerai ajouter que j'adore votre forum *^*


  © Halloween de Never Utopia

 


Dernière édition par Nightingale le Mar 17 Oct - 23:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 39
Féminin Age : 21
Localisation : sur les mers
Métier/rang : Exploratrice/ Navigatrice
Personnalité : curieuse
Date d'inscription : 18/07/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Espagne
Armes: sabre
Compétences:
avatar
Hello, bienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche.
Si tu cherche un avatar n'hésite pas à nous demander ce que tu veux, on pourra t'aider à en trouver un ou te le faire huhu


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Nombre de messages : 226
Masculin Age : 22
Métier/rang : Corsaire espagnol
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
Allégeance: Espagne
Armes: Pistolet et Sabre
Compétences:
avatar
Hello ! niark
Des nouvelles de ta fiche ? Very Happy
As-tu besoin d'aide si jamais ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 2
Féminin Age : 20
Métier/rang : Pirate/Mousse
Personnalité : Freedom!
Date d'inscription : 14/10/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Barbe Noire
Armes: Une dague, son agilité
Compétences:
avatar
Hey^^ Désolée pour le silence x)
Non ça va, me faut juste du temps, et avec mon anniv' et Halloween qui sont préparés bien en avance (plus les vacances), j'ai pas trop touché à l'ordi :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Nombre de messages : 832
Féminin Age : 33
Localisation : sur les mers
Métier/rang : Fandatrice
Personnalité : Sadique
Date d'inscription : 11/10/2007

Feuille de personnage
Allégeance:
Armes:
Compétences:
avatar
Hello ok pas de souci. Merci d'avoir prévenu. N'hésite pas à repasser pour nous dire si c'est bon.
Bon courage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pirates-and-freedom.forumpro.fr
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Le "Rossignol", Alyson Richards
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand Coulent les Larmes du Rossignol [Rang C][Pv: Natsume Homura]
» Il faut soigner Rossignol du Matin
» Alyson McCarty
» Salutation du Rossignol !
» Hippolyte Rossignol

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pirates and Freedom :: 
Administration
 :: Présentation des membres
-