He who seeks freedom and fortune course the endless seas.
Dans un monde en ébullition, dirigé par l’avidité des nobles et secoué par les plus audacieux, quel sera votre rôle ? Milles trésors et mystères hantent ces mers, serez-vous capable d'en tirer l'avantage ? Prenez le large et voguez vers ces horizons inconnus !
Le règlementL'histoirePrésentationGestion des personnagesLes prédéfinisPartenariat
A savoir
# Ouverture du forum le 18/07/17
# 16/08/17: accueillons notre nouveau maitre du jeu.
# 20/09/17: Quête - Exhibition à la Française.
# 29/10/17: Jeu, la petite chasse au trésor.
Contexte
1717,Une odeur de poudre flâne sur les vagues. Quelques débris flottent, balancés par la houle indifférente aux massacres. Au loin des coups de canon, des cris et le frémissement métallique des épées résonnent :Les peuples du bassin Ouest-Atlantique se battent farouchement pour dominer les mers et imposer leurs lois, tandis que des pirates pillent sans scrupules le moindre navire susceptible de leur rapporter de quoi vivre. Avides de liberté, ambitieux ou désespérés, ces derniers poussent les limites du connu, bravant les dangers les plus sombres et chassant les trésors perdus...
Lire la suite...
Evénements
Exhibition à la Française
Les prémices de grands débordements. Acte Premier - Introduction
Le vent battait sauvagement les voiles en ce chaud début d’Avril. La ville de Nantes était en effervescence depuis plusieurs jours, l’on avait rarement vu autant de traducteurs dans cette belle ville portuaire française. Il se murmurait que le roi de France et la reine d’Angleterre elle-même s’étaient intéressés à l’événement. Et quel événement ! L’inauguration d’un navire unique en son genre.L’Aphrodite entrait dans les eaux froides de l’océan Atlantique et pour l’occasion son propriétaire organisait un immense banquet ou tout le monde était invité à condition d'avoir un nom important. Pour les nobles cela n’était aucunement un problème, pour les jeunes bourgeois, travailleurs aisés ou petits seigneurs, c’était une autre histoire. Certains civils s’étaient vu offertl’accès au bal pour leurs divers compétences, ils étaient dispensé du droit d’entré en échange de servir contre rémunération. Il n’y avait nul doute qu’il y aurait quelques invités indésirables, pour ces derniers, corsaires, marines et mercenaires s’affichaient fièrement sur le port de Nantes et l’Aphrodite.
Lire la suite...
Pirates and Freedom
Un combat pour la liberté

Partagez|

La vengeance est un plat qui se mange chaud (Pv Neela)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Admin
Nombre de messages : 162
Féminin Age : 24
Localisation : Port-Royal
Métier/rang : Receleuse - Diseuse de bonne aventure - Informatrice
Personnalité : ...
Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Angleterre
Armes: Poignard
Compétences:
avatar


Une fois la porte refermée, nul ne viendrait porter atteinte à ce petit marchandage. Black Barth ne voulait pas de thé. Curieux, non ? Lui qui avait fait sa renommée sur ces principes et inexorables habitudes, voilà qu'il y transigeait sans raison particulière. Souhaitait-il ainsi me montrer qu'il avait les pleins pouvoirs sur son esprit et que mes ruses ne parviendraient pas à le distraire ? Je fronçai les sourcils en refermant le battant de la porte. La transaction devrait se révéler convaincante pour parvenir à la conclure. Je m'assis, l'imposant capitaine pirate de l'autre côté du bureau, lui-même les fesses posées sur un siège rudimentaire mais confortable. J'avais besoin de cet homme et de son navire. Gardant le silence quelques secondes, les yeux rivés sur le grand pirate, je récapitulais dans ma tête ce que j'allais lui demander. Une cargaison rare et enrichissante à livrer à des japonais. Mieux valait ne pas trop s'étendre sur les détails de cette cargaison. Je plongeais mon regard, intensément obscur, dans celui de Black Barth et, me penchant légèrement en avant comme pour réduire la distance entre mes pensées et les siennes, je lui dis d'une voix basse mais parfaitement audible, presque mystique :

" Une affaire qui nécessite de la discrétion, du doigté et qui permettrait d'entamer la longue descente aux enfers de notre bon Gouverneur de Port-Royal... Je suis convaincue que vous avez tout ce qu'il nous faut pour mener à bien cette escapade. "

Je me reculai et laissai échapper un soupir fraîchement calculé. J'aimais jouer à ce jeu, mais je ne voulais pas me brûler avec ce client-là.

" Je ne vais pas vous laisser dans les ténèbres plus longtemps. Je requière votre équipage et votre navire pour le transport d'une cargaison des plus rares et particulièrement.... unique. Il s'agirait de porter la cargaison jusqu'aux navires japonais qui se trouvent au large des côtes africaines. Bien sûr, les asiatiques attendent impatiemment cette cargaison et ils vous donneront de quoi satisfaire vos attentes. Or, pierreries, denrées... Mon contact m'a assuré que nous pourrions en tirer un bon prix. Vous, comme moi. L'un de mes hommes, en qui j'ai une totale confiance, surveillera cette cargaison afin que vous ne vous l'appropriiez pas, bien que votre code d'honneur soit des plus respectables. Et il me ramènera ma part du butin, évidemment. Vous voyez, un simple aller-retour sur l'Atlantique pour y déposer de la marchandise. Ce contrat n'a d'exceptionnel que la discrétion exigée pour le transport de la cargaison. "

Je marquai un temps d'arrêt avant de reprendre, d'une voix ni trop mielleuse, ni trop désintéressée :

" Votre réputation ne vous précède plus, Roberts. Vos cales sont pleines et trouvent toujours un bon acheteur. Croyez-moi, si cette transaction ne nécessitait pas le meilleur des soins, je me serais dirigée vers un pirate quelconque ! Vous êtes le seul à respecter parfaitement ce code d'honneur. Il s'agit maintenant de prouver que l'honneur peut aller au-delà de votre simple équipage, et avoir un poids sur le monde. "

Je me tus de nouveau, versant dans nos deux verres l'eau d'une carafe en cuivre. Je n'aimais pas le goût que donnait le cuivre au liquide transparent. Comme une saveur de sang dans la bouche... Mais je bus, vidant mon verre jusqu'à ce que le pirate prenne la parole.
[ Excuse-moi ce long temps de réponse... j'ai été débordée par la fin des cours et pas d'internet au début des vacances ! Si tu veux, tu peux directement aller jusqu'au trajet en bateau, l'embarquement, etc. pour clore le sujet avec Barthy ]


Il n'est de secret qui me soit méconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 30
Masculin Age : 27
Localisation : New Providence, Port Royal / Caraïbes principalement.
Métier/rang : Capitaine pirate
Personnalité : Réfléchit, éduqué, calme.
Date d'inscription : 25/12/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Personne
Armes: Un sabre d'abordage et un pistolet à silex.
Compétences:
avatar
Le capitaine fortuné s'assit et écouta la jeune femme parler. Le début était très mystérieux, mais annonçait déjà une partie de la couleur, même s'il ne comprenait pas trop l'intérêt d'entamer la descente aux enfers du gouverneur, il ne dit rien, préférant attendre que la jeune femme ai fini d'exposer ce qu'elle attendait dans le détail. Pas la peine de la couper entre temps, surtout que cela ne ferait que ralentir la chose.

Ainsi il écouta donc, c'était visiblement un simple contrat de livraison pour des Japonais au large de l'Afrique, soit un moment pour y naviguer avec le Fortune, mais il pourrait toujours se trouver un brick plus rapide pour faire le trajet. Bon après l'information semblait bancale, même pour elle, Bart avait un peu entendu parler de quelques pays asiatiques à l'est, mais il était rare qu'ils descendent jusqu'ici, il n'était même pas sûr que cela soit déjà arrivé.

Il continua d'écouter le reste tranquillement, perdant peu à peu son air amusé pour un air plus réfléchi, toutes ses informations étaient intéressantes, mais plus encore était les questions que se posait le capitaine, sur la manière dont une tenancière de taverne était au courant de la présence des Japonais au large de l'Afrique, ou comment elle avait pu avoir une cargaison ''unique'' et encore ce qu'était cette cargaison réellement.


Et bien cette proposition me semble bonne. Le premier bémol étant l'état de mon navire actuellement, mais je pourrais sans trop de problèmes trouver un brick pour faire le trajet, il n'en serait que plus rapide.

Le pirate jouait avec l'une de ses bagues, frottant l'un de ses doigts contre pour la faire légèrement bouger, comme un tic de réflexion. L'expression de l'homme aussi semblait montrée qu'il était en train de peser le pour et le contre, puis il prit le gobelet servi par Neela pour boire un peu d'eau, il continua après avoir reposé le dit gobelet.

J'ai besoin de connaître la nature de cette cargaison avant de me prononcer. Vous semblez vouloir flatter mon égo en parlant de mon honneur et de ma réputation, mais si ces deux facteurs sont si important, vous pouvez tout aussi bien me parler de la cargaison. A moins que votre confiance ne soit uniquement de façade.

A nouveau un léger sourire apparut sur le visage de Bart, il était donc près à dire oui, mais connaître le dernier détail lui semblait très important.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Nombre de messages : 162
Féminin Age : 24
Localisation : Port-Royal
Métier/rang : Receleuse - Diseuse de bonne aventure - Informatrice
Personnalité : ...
Date d'inscription : 03/04/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Angleterre
Armes: Poignard
Compétences:
avatar
Un "premier bémol" avait-il dit ? Je fronçai les sourcils, visiblement déçue par cette réponse qui ne laissait rien présager de bon pour notre entente commerciale future. Lorsqu'il mentionna le brick, j'approuvai de la tête, faisant ainsi s'agiter les longs cheveux noirs et bouclés qui entouraient sauvagement mon visage aux traits légèrement tendus. Oui, un brick ou un galion, je m'en moquais éperdument pourvu qu'il accepte ma proposition sans condition. Mais ce ne serait pas le cas, puisqu'il y avait un "premier" bémol, il y aurait probablement une suite... Mettant ma patience à rude épreuve, Black Barth' s'empara de son gobelet pour en boire le contenu. Cette simple action me sembla durer une éternité, s'étendre à l'infini. Et j'avais l'impression d'entendre sa voix à chaque instant. Il allait me le demander, c'était certain. Qui ne voudrait pas s'assurer de la nature de la cargaison qu'il transporte ? D'autant plus en étant recruté dans d'aussi étranges conditions. J'entendais sa voix calme et posée, chargée de virilité, qui me demandait : " Quelle est la nature de cette cargaison qui nécessite tant de discrétion et une surveillance de votre part ? "

Je croisai mes mains sur mes genoux, sous la table, afin de masquer l'agitation qui s'emparait de moi à mesure que le silence grandissait. Allons Bartholomew ! Allez-vous parler ? J'allais ouvrir la bouche pour lui demander qu'elle était la nature de ce deuxième bémol lorsqu'il reposa son verre sur la table de bois sombre et poursuivit. Sa voix semblait imperturbable. Cet homme savait où il allait, inébranlable. Il avait cette force de l'homme qui sait qu'il vaincra au duel si nécessaire, et qui n'est pas effrayé par la perspective de livrer bataille. Tant par les mots que par le sabre. C'était un capitaine, là où je n'étais qu'une tenancière. Mon aplomb de façade ne tenait pas devant cet individu que j'admirais. Pour l'heure, il me demandait bel et bien de lui parler de la cargaison. Et j'hésitais encore, partagée entre la force d'âme et la résignation. D'orgueil, je voulais qu'il me fasse confiance, qu'il me suive aveuglément, comme le faisait Kurosu. Je voulais presque qu'il me supplie de la lui montrer et que je ne cède pas. J'aurais voulu lire dans ses yeux une frustration que j'aurais fait naître. Cependant, je n'étais pas ce genre de femme pour Roberts. J'étais la tenancière d'une taverne, une araignée dont il se méfiait mais surtout dont il n'avait rien à craindre. Et comme je n'avais aucun pouvoir sur cet homme-là pour le moment, je ployai devant sa requête.

Je me levai, déplissant ma robe et, maintenant le mystère à son paroxysme, je l'invitai à me suivre en lui jetant un regard d'une grande profondeur.

" Le mieux sera de vous la montrer. "


Je m'approchai de la porte du bureau et l'ouvris, faisant grincer les charnières. J'avançai dans le corridor supérieur, ne prêtant pas attention aux voix qui se faisaient entendre depuis les cuisines. Je passai devant plusieurs chambres. Ici, l'endroit s'assombrissait et une dernière porte achevait le couloir. Je toquai trois fois et m'annonçai, comme convenu avec la petite princesse. Je ne me retournai pas pour m'assurer que le capitaine me suivait. Je sentais son pas chaloupé d'homme des mers derrière moi.

La porte s'ouvrit, baignant le corridor d'une lumière éblouissante. Je pénétrai dans le halo de lumière, suivie par Bartholomew Roberts. Désignant largement la petite princesse d'un geste de la main, j'annonçai, alors que je refermai la porte derrière lui :

" Voici la cargaison. "



Il n'est de secret qui me soit méconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 30
Masculin Age : 27
Localisation : New Providence, Port Royal / Caraïbes principalement.
Métier/rang : Capitaine pirate
Personnalité : Réfléchit, éduqué, calme.
Date d'inscription : 25/12/2017

Feuille de personnage
Allégeance: Personne
Armes: Un sabre d'abordage et un pistolet à silex.
Compétences:
avatar
Bart se leva pour suivre la tenancière de l'établissement, elle avait joué la bonne carte en acceptant de lui montrer la dite cargaison, il n'aurait très certainement pas suivi sans cela et il n'était certainement pas homme à changer simplement d'avis, ou cela aurait coûté beaucoup trop cher à Neela, donc oui, certainement la meilleure solution.

Ainsi donc il la suivi, sur le même étage, traversant juste une partie de la taverne, pour se retrouver devant une nouvelle porte en bois, après ce qui sembla être un code au moment de toquer, ils purent entrer. Le code confirmait la demande de discrétion et cela donna assez d'indice à Bart pour ne pas paraître trop surpris en voyant la nature de la cargaison. Une jeune fille, une enfant venue d'un pays lointain. Black Bart avait déjà rencontré des Asiatiques, même s'il ignorait de quel pays, mais jamais une petite fille, qui avait l'allure de quelqu'un d'assez bourgeois.

En plus de toute cette situation, Bartholomew était également surpris de la manière dont Neela voyait l'enfant, nulle doute qu'il était surtout question de discrétion, mais considéré un être vivant comme une simple cargaison rappelait la manière de penser des maîtres de ses ancêtres d'une certaine manière. La jeune fille salua le pirate d'une manière qui étonna à nouveau le capitaine, mais cette fois il ne le cacha pas, clairement il avait plutôt l'impression que la ''logique'' voudrait que ce soit l'inverse en temps normal. L'homme leva pourtant la main, intimant à la gamine de ne pas parler (du moins si elle parlait leur langue), puis ses yeux revinrent dans ceux de Neela, il ouvrit la porte pour l'inviter à sortir avec lui. Il regarda une dernière fois la petite fille japonaise.


Veuillez nous excusez. Il revint vers Neela. Un mot s'il vous plaît ?

Après avoir refermé la porte il invita ensuite la beauté des Caraïbes à marcher avec lui vers son bureau, l'accompagnant, mais cette fois côte à côte.

Il semble évident qu'en plus de rendre service au Japonais je vous rends service à vous également. Et je ne parle pas de votre récompense. Comme vous l'aviez dit plus tôt : cette histoire semble pouvoir plonger le gouverneur dans le désarroi, il y a donc une dimension politique et/ou diplomatique à cette histoire n'est-ce pas ?

Petit détail, cette fois-ci c'est lui qui ouvrit la porte pour inviter Neela à rentrer dans son propre bureau, il utilisait ses gestes, comme l'invitation à retourner au bureau, pour accentuer ses paroles, il tentait de prendre le contrôle de cette discussion et il n'y avait rien de mieux qu'en essayant de contenter également l'autre partie.

Je ne cherche pas à comprendre ce que vous voulez et je ne cherche pas à en faire partie. Mais cela semble pouvoir vous donner quelques choses de plus important qu'une récompense et pour cela, il convient d'un autre payement.

Il affichait toujours un sourire en coin et un air calme alors qu'il refermait la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La vengeance est un plat qui se mange chaud (Pv Neela)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pirates and Freedom :: Les lieux des RP :: Nouveau Monde :: Port Royal :: Port Royal-