He who seeks freedom and fortune course the endless seas.
Dans un monde en ébullition, dirigé par l’avidité des nobles et secoué par les plus audacieux, quel sera votre rôle ? Milles trésors et mystères hantent ces mers, serez-vous capable d'en tirer l'avantage ? Prenez le large et voguez vers ces horizons inconnus !
Le règlementL'histoirePrésentationGestion des personnagesLes prédéfinisPartenariat
A savoir
# Ouverture du forum le 18/07/17
# 16/08/17: accueillons notre nouveau maitre du jeu.
# 20/09/17: Quête - Exhibition à la Française.
# 29/10/17: Jeu, la petite chasse au trésor.
# 06/05/18: Jeu, bataille navale, Niveau I.
Contexte
1717,Une odeur de poudre flâne sur les vagues. Quelques débris flottent, balancés par la houle indifférente aux massacres. Au loin des coups de canon, des cris et le frémissement métallique des épées résonnent :Les peuples du bassin Ouest-Atlantique se battent farouchement pour dominer les mers et imposer leurs lois, tandis que des pirates pillent sans scrupules le moindre navire susceptible de leur rapporter de quoi vivre. Avides de liberté, ambitieux ou désespérés, ces derniers poussent les limites du connu, bravant les dangers les plus sombres et chassant les trésors perdus...
Lire la suite...
Evénements
Exhibition à la Française
Les prémices de grands débordements. Acte Premier - Introduction
Le vent battait sauvagement les voiles en ce chaud début d’Avril. La ville de Nantes était en effervescence depuis plusieurs jours, l’on avait rarement vu autant de traducteurs dans cette belle ville portuaire française. Il se murmurait que le roi de France et la reine d’Angleterre elle-même s’étaient intéressés à l’événement. Et quel événement ! L’inauguration d’un navire unique en son genre.L’Aphrodite entrait dans les eaux froides de l’océan Atlantique et pour l’occasion son propriétaire organisait un immense banquet ou tout le monde était invité à condition d'avoir un nom important. Pour les nobles cela n’était aucunement un problème, pour les jeunes bourgeois, travailleurs aisés ou petits seigneurs, c’était une autre histoire. Certains civils s’étaient vu offertl’accès au bal pour leurs divers compétences, ils étaient dispensé du droit d’entré en échange de servir contre rémunération. Il n’y avait nul doute qu’il y aurait quelques invités indésirables, pour ces derniers, corsaires, marines et mercenaires s’affichaient fièrement sur le port de Nantes et l’Aphrodite.
Lire la suite...
Pirates and Freedom
Un combat pour la liberté

Partagez|

Et la nuit ne fait que commencer [PV Amador de la Cruz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Nombre de messages : 16
Féminin Age : 22
Métier/rang : Assassin/Civile?
Personnalité : Froide
Date d'inscription : 06/02/2018
avatar

Et la nuit ne fait que commencer
ft. Amador


Elle inspira.

L'odeur salée de la mer. Les éclats de rire et les discussions des marins. Le clapotis de l'eau contre le bois des bateaux. L'odeur du poisson frais, ou non.

Elle expira.

Le roulement des r caractéristiques des espagnols. Leur peau basané par le soleil. Leur yeux marrons malicieux.

Calla appréciait, ce qui était chose rare, l'Espagne. Il y avait ce petit quelque chose dans l'air qui la mettait bizarrement de bonne humeur. Chose encore rare pour quelqu'un de sa profession. Après tout, elle se devait d'être imperturbable et intransigeante pendant ses missions.

Mais elle n'était pas sous contrat alors quelle importance?

C'était sa pensée alors qu'elle terminait sa - 3ème ? 4ème - pinte de bière. Et les effets de l'alcool commençait à peine à faire effet. D'un regard distrait, elle observait les personnes - des hommes pour la plupart - présents dans la taverne où elle avait décidé de séjourner avant de prendre la mer le lendemain. Certains étaient en pleine partis de cartes, d'autres étaient en pleine discussion ou bien étaient lancés dans des chansons paillardes ou vocabulaires bien fleuries. Il y avait un peu de tout. Calla, unique femme en dehors des servantes, dénotait dans ses habits cuirs et noirs, attiraient l'attention mais la simple vue de la dague et de son épée dans son épée avait dissuadé les plus réfléchis de s'approcher d'elle, mais d'autres avaient tenté leur chance, et était reparti bredouille dans le meilleur des cas, une main en miette, dans le pire. Aucun n'était à son goût. Ou du moins, suffisamment convenable.

Commençant fermement à s'ennuyer - la nuit venait à peine de commencer - Calla ne voulut pas aller tout de suite se coucher. Elle voulait un petit divertissement avant. Son regard se posa sur la partie de cartes mais s'en détourna. Trop ennuyant, et il pouvait y avoir de la triche. Il lui fallait quelque chose plus dans son domaine. Qui demandait agilité et précision. Et si elle se souvenait bien, il y avait quelque chose dans ce genre dans un endroit un peu isolé de l'établissement.

D'un mouvement gracieux et presque félin, elle quitta sa table pour se diriger vers ledit endroit, demandant une nouvelle boisson au passage. Comme elle s'y attendait, trois marins se disputaient déjà dans une partie de fléchettes. Les petits objets aux pointes affutées filaient dans l'air sans pour autant toucher leur cible du premier coup. Dans un espagnol presque parfait, elle demanda à rejoindre la partie. Mais on lui rit au nez, bien évidemment. Heureusement pour eux qu'elle était un peu de bonne humeur.

-Les perdants devront payer une tournée à tout le monde, dit-elle suffisamment fort pour que toutes les personnes présentes puissent l'entendre.

Les exclamations de joie ne tardèrent pas s'élever dans l'assemblée. Grognement de la part des marins, mais une pinte de bière gratuite ne se refusait jamais, n'est-ce pas? Ils lui tendirent trois fléchettes mais elle les laissa commencer.

-Honneur aux futurs perdants~

Calla n'était pas l'incarnation de la Tentation, loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Nombre de messages : 260
Masculin Age : 23
Métier/rang : Corsaire espagnol
Date d'inscription : 20/11/2016

Feuille de personnage
Allégeance: Espagne
Armes: Pistolet et Sabre
Compétences:
avatar
Puertoquilo...
Il regarda autour de lui l'esprit vague. Il n'était pas question de nostalgie, mais de plénitude malgré l'odeur rance de poissons pourris qui parfumait l'air comme une demoiselle française cocottant de capiteux parfums. Amador, corsaire de son état, flâné dans la ville portuaire en attendant que les provisions se chargent. Une pause qu'il s'était accordé. Seulement, il avait dépassé l'heure...

D'une main ferme, il aplatit légèrement sa chevelure gonflé par le vent marin avant de se diriger vers quelques étales vides sans plus de conviction. Bientôt le soleil s'éteindra pour laisser place à la fraîcheur nocturne. Le marin en était presque impatient tant il adorait ce moment.

Devait-il revenir ? La plupart de ses hommes étaient sans doute de sortie, profitant un peu de répit, de la chaleur maternelle que leur offrait le pays... N'était-il pas plus raisonnable de les laisser tranquille ?

Il poussa une porte d'un geste résolu. Ce soir un verre ne serait pas de trop. Cette établissement il ne connaissait plutôt bien où les serveuses étaient aimables à son égard. Pour autant, il ne recherchait pas une galante compagnie.

Approchant du comptoir comme à sa grande habitude, sa main calleuse s'empara de son tricorne pour le poser à ses côtés. Un rhum, héla t-il... Et pas trop infâme espérait-il. Les derniers qu'il avait pris ne l'avait pas épargné.

Le clameur du soir le berça jusqu'à un mouvement de joie le fit prendre conscience de son environ. Dans cette foule dissipée, il remarqua quelques visages familiers... Et un autre plus tranchant.

La jeune femme était entouré de trois marins de la Isabella. Amador plissa le nez. S'il les reconnaissait, leurs noms mirent du temps à émerger de la surface... Étrangement intéressé, l'Espagnol à la peau tannée, approcha des joueurs de fléchettes, son verre à la main.

- Messieurs, si vous gagnez, je vous épargne les corvées de demain ! Lança t-il d'un ton mesquin tout en s'adossant à une poutre qui faisait office de pilier.

Les marins ricanèrent. Amador ne put s'empêcher de sourire. Il avait à peine regarder la jeune femme, gardant son intention sur le jeu plutôt affûté du premier, l'envie de connaître l'issue du jeu montant peu à peu. D'autres s'approchaient, visiblement aussi curieux que le capitaine, et même des paris étaient lancés dont on entendait les montants à travers la pièce...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nombre de messages : 16
Féminin Age : 22
Métier/rang : Assassin/Civile?
Personnalité : Froide
Date d'inscription : 06/02/2018
avatar

Et la nuit ne fait que commencer
ft. Amador


Prête à mettre la raclée de leurs vies à ses trois marins, Calla ne put s'empêcher d'hausser un sourcil en entendant une voix prendre part à leurs conversations. Un homme s'était approché d'eux, boisson en main, visiblement curieux. Et ses paroles titillèrent d'autant plus sa curiosité. Les priver de corvée? Ainsi donc cet homme était le capitaine? La plupart des marins présents dans la taverne devait donc être des membres de son équipage. Un léger rictus sur les lèvres, elle se tourna vers la fameux capitaine, plutôt bel homme de surcroît, et fit quelques pas vers lui. Et planta ses yeux à la couleur ambrée et aux reflets écarlates dans les yeux.

-Je présume que vous êtes le capitaine, pour vous permettre de les exempter de corvée. Nous n'avons pas encore commencé alors que diriez-vous de vous joindre à la partie? Je pense que vos hommes seraient ravis à l'idée que leur Capitaine leur offre une tournée. Qu'en dites-vous, messieurs?

Les bavardages modérés présentes en ces lieux s'étaient finalement transformées en brouhaha joyeux et incohérents, où se mêlaient rire et encouragements. Toute l'attention était désormais sur eux. Difficile de se dérober, désormais. Et pour ne pas arranger les choses, aussi calculatrice et manipulatrice que pouvait l'être Calla lorsqu'elle était en mission, elle tendit une fléchette à l'homme.

-Ne me dites pas que vous avez peur, Capitaine?

Des sifflements reprirent de plus belle à ses paroles. Une pointe de satisfaction naquit mais elle disparut bien vite, attendant qu'il accepte ; il n'avait plus trop le choix, au risque de passer pour un lâche auprès de ses hommes. Par habitude, Calla, s'appuya sur une jambe, posa sa main sur hanche, écartant brièvement son manteau pour laisser briller la lame de ses dagues à la lumière des lanternes. Elle n'irait pas jusqu'aux armes, surtout pas pour un simple de jeu de fléchettes. Les morts inutiles et irréfléchies, celles uniquement faites sous un coup de colère, n'étaient clairement pas sa tasse de thé. Et puis, elle préférait faire ça plus proprement, et discrètement.

-Si je perds, vous pouvez me demander ce que vous voulez. Et je ne suis pas du genre à proférer des paroles en l'air, vous pouvez me croire. Mais si vous perdez, eh bien… je vous demanderez ce que je souhaite. Cela vous semble-t-il équitable, Capitaine?

Calla ignora les sifflets implicites qui répercutèrent autour d'eux et attendit qu'il prenne enfin les fléchettes et qu'ils puissent enfin s'amuser un peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Et la nuit ne fait que commencer [PV Amador de la Cruz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pirates and Freedom :: Les lieux des RP :: L'Europe :: L'Espagne :: Puertoquilo-